Outils personnels
A la une

Culture commune socle commun
Culture commune
socle commun

Quatre séminaires et un colloque international à l'INRP dans le cadre de la recherche « De la culture commune au socle commun ».

Plus d'informations


Projet NESSE

L'INRP a remporté l'appel d'offres de la commission européenne intitulé : Réseau européen d'experts en sciences sociales de l'éducation et de la formation (NESSE : European network of experts in the social sciences of education and training).

Plus d'informations

 
Your content's status has been modified
Actions sur le document

Présentation : Fausses ruptures et vraies continuités

Par Florent BickDernière modification 16/11/2010 15:46

DEROUET JEAN-LOUIS

INRP

Présentation : Fausses ruptures et vraies continuités

La conjoncture m’amène à sortir un peu du cadre habituel de la présentation d’un séminaire universitaire : le rappel de la problématique et de sa construction, les remerciements aux contributeurs et le souhait d’une dynamique qui fera que le tout sera plus que la somme des parties. Ce séminaire a été pensé et organisé dans le cadre d’un INRP qui doit disparaître au début 2011, pour renaître sous une autre forme à l’intérieur de l’ENS de Lyon. Le nom et la définition juridique de cet établissement datent de 1976 mais sa conception remonte au Musée pédagogique fondé en 1979 par Ferdinand Buisson, auteur d’un célèbre dictionnaire de pédagogie et proche de Jules Ferry. C’est dire le lien qui l’unit au projet scolaire de la République. Ce colloque n’est pas tout à fait le dernier de l’INRP puisque le Centre Alain Savary organise les 29 et 30 novembre un colloque sur les inégalités d’éducation mais il me semble tout de même utile, à la veille d’une échéance aussi déterminante, de situer notre démarche dans un cadre plus large. Cela implique d’esquisser une analyse des liens qui existent entre au moins quatre domaines :

• les évolutions des sociétés et des politiques d’éducation depuis les années 1960 : le déclin de l’État-providence et l’affirmation d’un nouveau référentiel fondé sur l’obligation de résultats, le passage à une perspective de formation tout au long de la vie, la mondialisation et toutes ses conséquences, le déplacement de l’intérêt vers les gouvernances locales à la fin du XXe siècle et, depuis quelques années, ce retour de l’état qui fait précisément l’objet du séminaire.

• la manière dont la sociologie de l’éducation a dû se repositionner pour rendre compte de ces évolutions. Il n’est pas utile de revenir aux classiques, c’est-à-dire l’affrontement des paradigmes de Boudon et Bourdieu dans les années 1960 et 1970. Le colloque organisé en 1983 à Toulouse par Jean-Michel Berthelot "Pour un bilan de la sociologie de l’éducation" a ouvert une nouvelle période caractérisée par la reconnaissance de la diversité des approches et des thèmes traités. Cette ouverture s’est traduite par la création du Comité "Éducation, Formation, Socialisation" de l’AISLF puis de la revue Éducation et Sociétés en 1998.

• la contribution de l’INRP à ces évolutions. La sociologie ne faisait pas partie de son projet fondateur. Pire même, après les travaux de Bourdieu, elle était soupçonnée de désenchanter le programme de démocratisation des pédagogues. Louis Legrand, par exemple, qui a porté le projet du collège unique de la fin des années 1960 au début des années 1980, se montrait extrêmement méfiant. Il a fallu l’autorité de Viviane Isambert-Jamati et de Walo Hutmacher au Conseil scientifique, d’Antoine Prost et de Goëry Delacôte à la Présidence, de Francine Dugast et de Philippe Meirieu à la direction, ainsi que l’appui des forces sociales et syndicales, pour permettre l’installation de cette problématique à l’institut. Celle-ci s’est notamment traduite par l’organisation en 1993 d’un colloque qui prolongeait la démarche que Jean-Michel Berthelot avait initiée à Toulouse "Pour un nouveau bilan de la sociologie de l’éducation". Cette inscription dans le monde universitaire impliquait certains changements internes. Dès 1991, Francine Dugast avait lancé une démarche d’universitarisation de l’institut qui aboutit en 1993 à un nouveau statut. Cette impulsion n’a pas été soutenue par son successeur et, au début des années 2000, une délocalisation sans projet scientifique a brisé les dynamiques collectives. Quelques radeaux ont néanmoins surnagé et, en 2004, le colloque "La sociologie de l'éducation à l'épreuve des changements sociaux", organisé à Lyon avec l’appui de l’AISLF, a montré que l’INRP conservait sa faculté de mobilisé le milieu scientifique pour faire le point sur sa conjoncture. Cette rencontre a profondément reformulé les problématiques, dans la mesure où elle a pris acte de la mondialisation et a amené à en envisager toutes les conséquences scientifiques.

• Une vision nouvelle des coopérations internationales s’est en effet développée dans les années 2000, avec l’aide de Stanley Hilton, responsable de ce secteur à l’institut. Les comparaisons internationales ont toujours été éclairantes mais le nouvel état du monde appelle à dépasser les nationalismes méthodologiques. L’institut doit donc pénétrer les think tanks qui élaborent les mots d’ordre internationaux. Ce n’est qu’ensuite, lorsque les enjeux politiques, les réseaux qui les portent ont été identifiés, que l’étude de la mise en œuvre sur et avec le "terrain" prend tout son sens. C’est dans cet esprit qu’il a initié les contacts avec le CPRE (Consortium for Policy Research in Éducation) qui ont abouti en 2009 à un séminaire sur la mise en place des politiques d’obligation de résultats. La voie ouverte était féconde. Le réseau NESSE, aujourd'hui animé par Roger Dale, a été élaboré à l’INRP, de même que le réseau EUROPEP qui organise un colloque à la fin de ce mois. Cet élargissement a maintenant dépassé le cadre européen : une nouvelle convention avec l’East China Normal University (ECNU) devrait stabiliser les liens de l’institut avec Shanghaï. De même plusieurs chercheurs s’engagent dans un projet de réseau de sociologie de l’éducation organisé au sein de l’EERA par Jenny Ozga et Martin Lawn.

Chacun de ces fils présente sa logique propre et sa chronologie. Tous ont cependant convergé vers l’organisation du présent colloque. Il s’agit de traiter de plusieurs questions, toutes liées à la mondialisation. Le changement de forme de l’État éducateur et les multiples “troisièmes voies” qui sont travaillées entre une tradition d’égalité, la poussée du marché et l’obligation de résultats constituent l’objet explicite du colloque. Il s’agit aussi de réfléchir au repositionnement de la sociologie par rapport à l’affirmation de l’expertise au sein des organisations internationales. Comment reconstruire l’extériorité du projet sociologique lorsque les “policy makers” récupèrent les connaissances et les concepts de la science ?

Tel le phénix d’Arabie, un nouvel institut devrait renaître, plus fort, au sein de l’ENS de Lyon. Quelle place peut-il tenir dans les entreprises à venir ? L’institut doit sans aucun doute conserver et sans doute renforcer ce rôle de plateforme d’échanges qui a été historiquement le sien : lieu de passage entre l’expérience du terrain et la recherche universitaire, lieu de capitalisation, de confrontation, de diffusion des résultats de la recherche aussi bien en direction des responsables politiques et administratifs que de l’ensemble des forces sociales intéressées. Les liens sont évidemment à retisser dans un contexte où les décideurs s’appuient sur un fonctionnement en agence. L’institut n’a plus, depuis plusieurs années, le monopole de la commande publique. Il doit maintenant affirmer sa position sur le marché qui se constitue. Le contexte du PRES et du Collegium de Lyon devrait lui permettre de développer ai plan international l’entreprise de concept making nécessaire pour penser les nouvelles réalités du monde de l’éducation et de la formation.

Rendez-vous donc dans les années qui viennent pour de prochaines rencontres.

Education et sociétés
Numéro 21
Former des élites dans un monde incertain
Coordonné par Yves Dutercq
  • Comité de rédaction
  • Consignes aux auteurs
  • Numéros parus
  • Numéros à paraitre
  • Forum
AISLF
Association internationale des sociologues de langue françaiseComité de recherche n °7 Éducation, Formation, Socialisation
  • Présentation du comité
  • Membres du comité
  • Activités
  • Programme
  • Forum
 

Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :